LA SYNESTHÉSIE : une autre façon de comprendre et de voir le monde.

AUTISTES, SURDOUÉS, MÉDIUMS, ARTISTES… Et si cette « capacité » était en chacun de nous ?

 

http://synestheorie.fr/synesthesie/synesthesie-et-connaissance/#.VqzZQdLhDs2

 

http://synestheorie.fr/synesthesie/#.VqzawNLhDs2

 

Je vous fais partager deux liens que mon ami Christian m’a transmis (et je l’en remercie encore) car voici un éclaircissement profond sur ce que je vis et ressens au quotidien à travers ma connexion au monde et au vivant.

 

Depuis mon enfance, je ressens, je vois, je mémorise et j’analyse ce qui me touche de façon particulière. Je l’ai toujours su. Comme beaucoup d’entre nous je présume.

Mais selon notre vécu, nos souffrances et notre émotionnel apportent des filtres à ces perceptions.

On sait qu’on sait mais sans forcément savoir quoi.

 

Au fil du temps où j’ai effeuillé une par une chacune de ces couches « pseudo-névrotiques », je me suis rendue compte que ma vision de l’humain s’éclairait mais surtout que ce que je percevais de lui était de plus en plus juste.

Grâce à une certaine programmation spontanée mentale, que je qualifierai de « connexion », je ne voyais plus l’humain comme un être de chaire et de sang face à moi mais comme un ensemble de vibrations en constants mouvements.

Parfois, je percevais des formes, des images, de chiffres, des graphismes et même des odeurs non identifiables, venues de nulle part. J’ai fait un travail personnel très poussé pour comprendre ce qu’il m’arrivait.

Certains thérapeutes clairvoyants m’y ont aidée.

Et plus je comprenais, plus je jouais et plus j’avais cette sensation de me connecter en permanence à des bibliothèques personnelles et intimes de la personne qui était en face de moi. Car en voyant une forme ou un mot apparaître, cela me ramenait dans son histoire.

Alors en effet, je pouvais voir une image, celle de la personne avec une autre que je ne connaissais vraiment pas au préalable ou celle d’un enfant sur son vélo ou même d’un paysage inconnu… Bref ! Autant d’images troublantes, surtout quand je les décrivais à la personne en question.

 

Au fur et à mesure où j’apprenais à jongler avec ces informations au cours de mes séances thérapeutiques dans mon cabinet, j’ai affiné ces informations.

Je faisais de moins en moins l’effort pour aller chercher l’information d’une information mais elle m’apparaissait clairement et spontanément déjà traduite.

Donc, les mots (maux) que la personne me faisait partager  n’étaient plus « analysés » par mon cerveau pour ensuite partir dans ce chant vibrant mais ces mots m’apparaissaient automatiquement sous une couleur, une forme ou une phrase qui la liait à son histoire, à sa problématique profonde, à quelque-chose qu’elle ne voyait pas elle-même mais qui lui permettrait d’évoluer.

Un peu comme une note de musique qui me raconterait toute l’histoire du musicien et cela me fait la même chose avec les mots que je lis dans un livre. Je ne les retiens pas mais j’en ressens toutes leurs vibrations et leurs couleurs et je ne retiens que ça !

J’ai souvent été complexée par mon manque de mémoire mais je me rends compte aujourd’hui que j’ai une mémoire des formes vibratoires incroyables.

Parfois, une image m’est traduite sous forme de fréquence et de chiffres et j’en perçois son essence. Pareil pour un lieu ou un objet.

 

Aujourd’hui, en apprenant à ouvrir de plus en plus mon cœur, j’ai cette sensation qu’il est un traducteur universel de toutes ces interconnexions entre les uns et les autres entre les autres et l’infini, entre soi et soi-même.

Comme si mon émotionnel avait muté en un spasme ascendant et descendant qui parcourait chaque cellule de mon corps et qui m’envoyait des informations sur mon état, sans le nourrir de ce qui pourrait lui permettre d’évoluer en quelque-chose de douloureux.

Cette information me permettant ainsi de voir l’autre dans sa vraie couleur sans qu’elle ne soit influencée par la mienne.

 

Je suis troublée et fascinée par ces recherches sur la synesthésie.

Elles me révèlent à moi-même.

Et je rencontre bon nombres de personnes qui vivent la même chose que moi mais qui n’en ont pas conscience. Je me rends compte que j’ai toujours essayé de les mener à comprendre et à voir ce champs de perceptions. Je considérais mon travail comme une forme d’accompagnement vers ce qui les révèlerait à elles-mêmes également.

Ca partait d’un mal de dos quelconque pour se terminer en une séance de lecture de son Etre.

Et le fait de masser la personne en lui faisant partager les informations liées à ce qu’elle est et tend à devenir, cela lui permet de mieux intégrer les formes, les couleurs, les chiffres, les vibrations que je perçois d’elle à travers son corps et d’en influencer sa mémoire cellulaire.

Lui permettant ainsi d’avoir un résultat rapide et efficace dans le temps.

Je comprends mieux ! J

 

J’ai eu plusieurs mamans d’autistes en cabinet, complètement perdues et effondrées face à la difficulté de comprendre et de pouvoir donner de l’amour à leur enfant. Certaines souhaitaient me les faire rencontrer pour que je les aide mais je ne me sentais pas à la hauteur de ce travail, n’ayant pas moi-même les connaissances nécessaires malgré mes nombreuses lectures sur les enfants indigos. Je préférais les accompagner dans leur rôle de parents dans ce que je percevais de l’enfant.

Mais j’ai toujours su que ces enfants avaient une conscience du monde différente de la nôtre mais pas moins bonnes, bien au contraire.

Quand je me connecte à eux, je suis envahie de milliers d’informations que je ne peux décrire sous forme de mots. C’est juste impossible.

D’où leur mutisme et leur hypra-sensibilité. Car les émotions des humains, ils ne les ressentent pas comme nous, ils les voient et cela les agresse. Surtout quand ils perçoivent la profondeur de celles-ci.

Je conseillais d’ailleurs aux mamans de travailler surtout sur leur propre émotionnel afin d’épurer un maximum ce qu’elles renvoyaient à leur enfant : peur, déception, souffrance, tristesse… C’était forcément violent et douloureux pour eux.

 

En résonance avec ces autistes, lors des stages terre-happy que j’anime, quand toutes les énergies qui nous entourent m’envoient elles aussi pleins d’informations liées à l’évolution de chacun, je me transformerai presque en autiste. Je le sens. Je ne le comprenais pas. Je me coupe de mon émotionnel pour ne voir que les formes dans la pureté de ce qu’elles me transmettent. Je n’arrive d’ailleurs pas à communiquer sur ce que je perçois à l’instant T car c’est intense et d’une densité incroyable.

Et ce n’est que quand je reviens dans mon corps que je perçois l’essence de toutes ces informations. Quand je prends de nouveau conscience que je SUIS. Que je respire.

Je pense que c’est peut-être ce qui manque à ces autistes, la capacité de revenir dans leur corps et d’en cerner ses propres vibrations terrestres.

 

Je vous fais partager mon vécu car je pense que cela permettra à beaucoup d’autres personne de s’y reconnaître.

Que ce soit des thérapeutes clairvoyants comme moi ou comme des personnes aux intuitions hyper développées et j’en connais quelques uns.

Je suis enthousiaste de comprendre que cela fait partie de quelque chose de naturel en chacun de nous et que cela ne concerne pas qu'une élite.

Qu’on peut développer nos ressentis afin de voir le monde à sa juste vibration lumineuse.

Je rêve à ce que chacun prenne conscience de sa responsabilité à réaliser son potentiel. De façon à rendre le monde meilleur.

Meilleur, ce n’est pas moins pire, c’est juste pour moi, changer notre perception de ce monde qui est ce qu’il doit être aujourd’hui pour nous permettre d’évoluer en tant qu’humain.